Animaux et Arbres, un Monde Nature

Les Arbres


image

Le noyer



Le noyer est un mes arbres préférés, principalement à cause de ses fruits les noix, que je dévore.

noyer en lisière

On trouve le noyer souvent isolé, ce qui lui permet de prendre une belle forme ample. On le reconnaît facilement à ses feuilles composées et à son écorce blanche-grise. Et comme je le disais à la première ligne, à ses noix.

Le noyer se retrouve un peu partout, mais à l'origine il nous vient d'Orient. Il a été dans un premier temps introduit de Perse en Grèce (en général dans le bassin méditerranéen) et ensuite les romains l'ont introduit en Europe.

Il existe dans nos régions deux espèces différentes le noyer Royal et le noyer Noir.

Le premier a été importé par les romains d'Asie, c'est à lui que se rattache le folklore et les traditions wallonnes et où la noix y tenait une place importante.
L'autre nous vient d'Amérique du nord, on le retrouve plus pour décorer les parcs ou comme porte-greffe.

Néanmoins, il faut rentre à César ce qui est à César :

Le noyer commun fait parti de la famille des Juglandacées. Il faut faire un bon dans le passé avec les Romains. Ils avaient fait de la noix un symbole pour Jupiter, nous avons donc " Jovis " et " glans " qui nous donne " juglans ", donc notre famille des juglandacées.

Le Noyer avait une grande importance dans le passé et la mythologie : bienvenu dans l'étrange !

Le noyer n'a pas une très bonne réputation:

  • On dit que rester trop longtemps sous son feuillage donne le mal de tête, la fièvre...voir la mort.

  • Chez les Romains, le Noyer était l'arbre de l'Enfer.
  • Le sabbat des sorcières au Moyen Age se déroulait sous un noyer.

  • Dans l'astrologie celtique, le noyer est implacable, surprenant et plein de contrastes, ...

  • Les racines qui se propagent sous les habitations ou les granges effrayaient les paysans de certaines régions de France.

  • On plantait en Poitou des noyers dans les cimetières.

Comment expliquer que le noyer soit associé au mauvais présage, à la mort, …

Il faut peut-être reconsidérer son étymologie, car en grec ancien, le noyer se dit " Karuôn ". La racine Kar vient de Ker ou Kères qui sont des divinités infernales dans la mythologie grecque. Elles hantaient les champs de bataille pour se repaître du sang des mourants, s'emparer des agonisants et conduire les âmes des morts aux Enfers. Elles apportent le malheur et la destruction et souillent tous ceux qu'elles touchent, engendrant la cécité, la vieillesse et la mort. On les représente pourvue d'ongles acérés, les épaules recouvertes d'un long manteau rougi par le sang des corps qu'elle emmène. Rien de très sympathique pour notre cher noyer.

Pour finir, on peut noter qu'il n'est pas toujours le faiseur de malheur cité plus haut car il a un aspect protecteur en repoussant la foudre, raison pour le trouver proche des maisons.


Présentation générale :



Le noyer est un arbre qui nous vient d'Orient, on le retrouve donc peu en forêt mais plus fréquemment à l'état isolé ou en lisière de bois ou encore dans les vergers et près des habitations.
Le noyer a donc bien souvent une belle forme ample d'arbre qui a pu s'épanouir sans voisin pour lui faire de l'ombre.

Ordre : ??????
Famille : Juglandacées
Genre : juglans regia et nigra
Taille : de 15 à 30m
durée de vie : 150 à 300 ans
  • De la graine à la racine
  • La tige ou tronc
  • Les bourgeons,
  • les feuilles,
  • les branches,
  • les fleurs,
  • L'habitat,


  • De la graine à la vie, de la via à la racine



    La graine:

    La graine du noyer est la noix, apprécié de la mésange, du mulot, de l'écureuil et même (surtout)de l'homme.

    La noix est un fruit étonnant car il est du même type que la cerise, la prune,…, c-à-dire une drupe. La différence est qu'on mange ici la chair du noyau (la graine) et pas ce qui l'enveloppe (le brou qui est de toute façon bien amer).

    noix vertes noix vertes groupe

    Lorsque la noix arrive à maturité, le brou devient noir et se décompose, se déchire pour laisser la graine, protégée par une coque ligneuse, tomber au sol.
    Dans cette coque ligneuse se trouve les cerneaux enrobés d'une fine peau jaune ou brun clair.

    coque avec noix coque vide cerneaux
    Cette peau se retire facilement lorsque la noix est toute jeune.
    Comme vous l'avez déjà remarqué, les cerneaux ont un peu la forme de deux cerveaux opposé l'un à l'autre, entre eux se trouve une fausse cloison appelé " Zeste ", et du côté où la noix était tenue, on retrouve en fait l'embryon qui ressemble à la tête d'un clou pyramidale.

    zeste sur noix zeste seul embryon
    Evolution de la maturation d'une noix:

    noix vertes pointe

    La noix dans tous ses états.

    Notre petite noix a quelques atouts, elle peut bien sur se manger nature, mais on peut l'utiliser dans bien d'autres applications:

    • Comme le vin de noix, Mmmm, que l'on aura préparé avec la noix et son brou récolté au printemps quand il est jeune et bien vert, on laisse ensuite une certaine période macérer dans du vin ou de l'eau de vie… chacun à sa recette, bien entendu !

    • Il y a aussi l'huile de noix que l'on retrouve avec saveur dans nos salades.
    • Nos ancêtres apportaient leurs noix dans des moulins, qu'on appelait " tordoirs " dans le Hainaut.
    • Ensuite les déchets servaient soit pour une deuxième pression pour faire de l'huile à brûler (huile noire) ou soit pour le bétail.
    • En parlant d'huile, on utilisait les huiles de noix les moins bonnes pour faire des savons.
    • On utilisait la teinture au brou pour teindre les bois blancs et certaines étoffes. On mettait pour cela les noix mûres dont le brou était déjà brun et déchiré dans de l'eau.
    • On utilisait aussi le brou comme pigment pour la peinture à l'huile. Et bien souvent pour teindre les doigts des ramasseurs…

    • On peut utiliser les coquilles de noix comme combustible, elles brûlent très bien mais très vite, elles sont donc plus utile pour allumer un feu que comme moyen de chauffage (de toute façon, il en faudrait une quantité énorme).

    Les racines:

    Pour finir, Les racines sont longues, fortes et très profondes. Ce sont donc du type pivotante (un peu comme la carotte, pour faire plus simple). Avec l\âge, elles auront tendance à devenir des racines traçantes afin de lui permettre une meilleure stabilité.



    La tige ou tronc



    Si vous rencontrez un noyer de belle taille, vous remarquez que son écorce est fortement crevassée, et suivant son âge elle le sera même plus fortement. Ces crevasses sont assez profondent et une partie de l'écorce se détache parfois. Sa silhouette est le plus souvent assez trapue, car son tronc est souvent assez court, les premières branches sont même facile à atteindre.
    La couleur du tronc est brun olive à blanc-gris suivant son âge.


    Le noyer est la recherche de l'imperfection.

    Le bois du noyer est très recherché pour ses dessins , il peut-être moucheté, veiné, chenillé, moiré,… mais rien ne le présage avant la coupe. La surprise sera pour l'ébéniste. C'est lors de la coupe qu'on pourra voir son aspect, sa couleur que pourra exploiter l'ébéniste lors de son travail. On remarque qu'un noyer émondé (couper les branches inutiles) ou poussant sur sol sec et pauvre est plus susceptible de produire un dessin intéressant.
    Le bois de noyer est utilisé massif ou plaqué, pour la fabrication de meubles et instruments de musique. On l'utilise également pour fabriquer les crosses de fusils de chasse, en décoration, en sculpture ou la marqueterie (assemblage décoratif de lamelles de bois d'essences et de couleurs variées). La loupe qu'on retrouve parfois sur l'arbre est très recherchée ce qui lui donne une grande valeur. On utilise la loupe ou la ronce pour fabriquer le tableau de bord des voitures de luxe.


    Les bourgeons, les feuilles, les branches:



    Les bourgeons :

    Ils sont disposés de manières alternes et spiralées sur les rameaux. Les bourgeons sont ronds et brun foncé, et ne possèdent que deux écailles. Ils se situent au-dessus d'une cicatrice foliaire assez marquée en forme de cœur, dans lequel on voit distinctement trois points.

    cicatrice foliaire en coeur bourgeons sur brache coupée

    Le bourgeon terminal est un peu plus ovale et pointus, ils ressemblent un peu à une noisette.

    les deux écailles du bourgeons

    Les Feuilles :

    Les feuilles du noyer sont facilement reconnaissables car elles sont composées de plusieurs folioles (de 5 à 9).
    La foliole terminale est bien plus grande que les autres, par contre les deux premières situées en début de pétiole, sont, elles bien plus petites que les autres (un peu comme deux petits lobes).
    La consistance de la feuille est coriace et elle est de forme elliptique. Elles ont une belle couleur verte claire et on distingue de belles nervures parallèles.

    feuilles en spirales feuille avec lobes bien marquée à la base

    Le pétiole est en son début assez élargie, épais (un peu comme un contrefort) et entour en parti le rameau. Ce qui justifie cette énorme cicatrice foliaire.

    Les feuille du noyer noir sont composées de beaucoup plus de folioles (entre 15 et 19).

    Les branches :

    branches du noyer en hiver branches du noyer en hiver détail branches coupe interieur

    Les jeunes branches sont de couleur rouge bordeaux vers le noir, on y aperçoit de petites taches blanches et l'écorce est assez lisse. En y faisant une coupe transversale, on pourra remarquer que la moelle est compartimentée.



    Les fleurs :



    On dit que le noyer est monoïque, c-à-dire que les fleurs femelles et mâles se retrouvent sur le même arbre. Les fleurs femelles se trouvent sur les jeunes rameaux,

    fleur femelle jeune rameaux fleur femelle fleur femelle - gros plan
    tandis que les fleurs mâles se situent sur les rameaux de l'année précédente.
    fleurs mâles fleurs mâles ouvertes fleurs mâles séchées
    Les fleurs mâles arrivent donc à maturité avant les fleurs femelles, ce qui empêche le noyer de s'autoféconder.
    Le noyer est une espèce anémophile, donc qui aime le vent. En effet la senteur de ses fleurs n'étant pas très recherchée par les insectes pollinisateurs, c'est donc le vent qui s'en occupe. A ce sujet, il est bien d'avoir d'autres arbres à proximité, car la pollinisation croisée accentue la récolte de noix.



    L'habitat



    Le noyer comme nous l'avons dit plus, nous vient d'Orient, mais le noyer royal était présent en Europe occidentale avant les périodes glacières. Mais ce sont les romains qui ont commencé à le cultiver chez nous.
    C'est pour cette raison, que le noyer n'est pas un arbre qu'on trouve naturellement en forêt. On le trouvera plutot dans un verger ou proche des habitations.
    Notre noyer a néanmoins besoin d'un climat tempéré, assez doux. Il ne supporte pas de forte période de gèle. Il aime les sols bien aéré, pas trop pauvre, qui laisse l'eau s'infiltrer et s'évacuer, et même un peu calcaire, si cela est possible.
    On ne le trouve donc pas dans des zones fortement humides, ou l'eau reste en permanence. Par ex : proche des étangs ou d'une rivière.
    C'est un arbre qui aime pousser dans des endroits dégagés et ou la lumière est généreuse.

    Pourquoi le retrouve-t-on dans les vergers ?

    La raison n'est pas due au hasard. Dans le passé, les gens qui pouvaient se le permettre, organisé un morceau de terrain avec tout ce qu'il fallait pour survivre en autarcie.
    Ils cultivaient donc, des arbres à fruits, des arbres à bois, une partie pour les cultures et l'élevage, enfin tout ce qu'il fallait pour subsister en cas de période plus défavorable.
    Il faut dire que la noix est très riche et pas seulement au niveau alimentaire, elle permettait aussi de payer certaines choses comme le loyer d'une habitation, d'une prairie, comme troc,…
    Tandis que le bois du noyer était et est encore prisé pour l'ébéniste pour la fabrication de meubles, en fait aussi des crosses de fusil, des instruments de musique, des tableaux de bord pour les voitures de luxe (coupé dans la loupe ou ronce).

    On donnait à ce morceau de terrain le nom de " courtil ".

    Autour de la noix, découvrez le travail d'un Nuciculteur (producteur de noix) De la fleur de noix, de la taille des arbres, de l'entretien des parcelles, du ramassage, du séchage et jusqu'à la transformation en cerneaux ou en huile, découvrez le travail d'un Nuciculteur (producteur de noix) dans le Lot à Lanzac.







    image



    Soins aux animaux sauvages



    fleur véronique





    couple de chevreuil





    insect





    chardonneret





    hêtre